TECHNIQUES

Une technique en glacis, héritage de la peinture Flamande

Ma méthode de peinture est inspirée des peintres de la Renaissance qui, déjà de leur temps, superposaient deux techniques différentes. Le plus souvent ils ébauchaient leurs toiles avec la technique dite de la "tempera". Ils liaient les pigments colorés avec un médium composé d'œuf ou de colle de peau. La peinture obtenue était alors "maigre" comparée à la peinture à l'huile. Cette sous-couche était le plus souvent peinte en dégradés de bruns monochromes, ce qui permettait aux artistes de se concentrer sur le travail des valeurs et des volumes. Cette ébauche grâce à son fort contraste réfléchissait bien la lumière La toile était ensuite peinte par superposition de glacis à l'huile. Le glacis est une fine couche de couleur diluée plus ou moins fortement, afin de lui donner sa transparence. En superposant les glacis on obtient de nouvelles couleurs qui n'existent pas physiquement. C'est la lumière, en les traversant comme elle traverserait deux plaques de verres de couleurs différentes, qui crée ces nouvelles teintes. Les couleurs obtenues par glacis sont plus lumineuses que les couleurs en pâte, et grâce à leur transparence, elles ajoutent de la profondeur au tableau. Cette technique qui consiste à ébaucher le tableau à la "tempera" monochrome, puis à le coloriser par superposition de glacis à l'huile me semble judicieuse. Une des règles essentielles à respecter en peinture à l'huile consiste à peindre "gras sur maigre" : Pour une bonne conservation de l'œuvre il est recommandé d'ébaucher son tableau avec une peinture diluée à l'essence, ne contenant que peu ou pas d'huile (technique maigre). Ensuite, ajouter une petite quantité d'huile supplémentaire à chaque superposition de couleur (technique grasse). Si vous commencez une toile avec des couleurs trop grasses et que superposez des couleurs trop maigres, votre peinture aura tous les risques de craqueler. La technique de peinture en trompe-l'œil nécessite un grand nombre de superpositions de couches de couleurs. En commençant votre toile avec une peinture trop grasse, en vertu de la règle "peindre gras sur maigre", les derniers glacis devront être noyés d'huile et seront difficiles à appliquer. Le temps de séchage en sera allongé, et vous constaterez un jaunissement des couleurs causé par l'oxydation de l'huile. On peut adapter cette technique ancienne en remplaçant la "tempera" dans les sous-couches par de la peinture acrylique extra-fine. On obtient ainsi de très bons résultats : le problème des premières couches trop grasses n'existe plus et la peinture à l'huile se superpose très bien sur l'acrylique. En résumé, j'ébauche toutes mes toiles par une sous-couche à l'acrylique, le plus souvent en monochrome. Cette absence de couleur permet de concentrer toute mon attention sur la mise en volume des objets et sur les valeurs d'ombre et de lumière. Cette première étape monochrome est peinte en teintes opaques et contrastées, afin de bien réfléchir la lumière. Je colorise alors cette ébauche par une multitude de glacis colorés à l'acrylique puis à l'huile en respectant la règle du "gras sur maigre". Pour respecter cette règle, je dilue mes couleurs avec de l'essence de térébenthine additionnée d'un médium que je fabrique moi-même. Les premiers glacis sont dilués à l'essence avec peu de médium, puis j'augmente la proportion de ce médium dans les glacis successifs.

Recevez le livre des techniques de Logan

 

 

-10% parainnage sur les toiles utilisées par l'artiste

Etape par étape

Le faux-bois

 

 

© COPYRIGHT BRUNO LOGAN